Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Lamoure

Règles pour le parc humain

13 Novembre 2012 , Rédigé par Christophe Lamoure Publié dans #Textes

Voici la note du traducteur qui précède le texte Règles pour le parc humain de Peter Sloterdijk.

 

 

REGLES POUR LE PARC HUMAIN

Une lettre en réponse à la Lettre sur l'humanismede Heidegger

Traduction de l'allemand par Olivier Mannoni

Éditions Mille et une nuits

 

 

Note du traducteur

 

 

 

Plus que toute autre langue en Europe, l'allemand est depuis le deuxième tiers de ce siècle chargé de connotations idéologiques. Le « scandale » provoqué  par ce texte, et dont l'auteur rappelle l'historique dans sa postface, a été alimenté par l'interprétation abusive de certains de ces termes, y compris dans les traductions partielles que l'on en a parfois données en France dans les articles consacrés à la polémique. Nous avons tenté de restituer les termes employés par Peter Sloterdijk sans la charge politico-historique que leur ont donnée ses détracteurs, soit par leur interprétation, soit par leur traduction. Nous avons par exemple rejeté le terme de « dressage » que certains exégètes ont utilisé pour le terme allemand « Zähmung », une traduction qui constitue en l'espèce un contresens évident, au profit de « apprivoisement », opposé à la bestialité, comme cela ressort très clairement du texte. Il faut également mentionner le fait que Peter Sloterdijk n'utilise que deux fois le mot « Selektion » - dans le contexte de la « sélection prénatale », terme technique extrêmement précis, et dans un parallèle avec le mot « Lektion », la leçon, par analogie avec le terme « Auslesen », le « choix » de l'anthologie, lui-même opposé au mot « Lesen », la lecture. Dans un cas comme dans l'autre, il ne s'agit évidemment pas d'une référence à la « Selektion » génétique des docteurs nazis, ou à la « Selektion » de la rampe d'Auschwitz. Nous avons tenté, dans cet esprit, de rendre aussi fidèlement que possible en français le texte de Peter Sloterdijk, dans toute son indispensable complexité.

 

 

 

OLIVIER MANNONI





 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article