Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Lamoure

Nietzsche à l'honneur

15 Octobre 2013 , Rédigé par Christophe Lamoure Publié dans #Revue de presse

SOURCE :

http://www.lepoint.fr/culture/ainsi-parlait-friedrich-nietzsche-15-10-2013-1744014_3.php

Ainsi parlait Friedrich Nietzsche !

Le Point.fr - Publié le 15/10/2013 à 07:08

 

Le philosophe allemand est mort un 15 octobre. Inconnu de son vivant, sa postérité est considérable. Au point qu'un Doodle lui est consacré aujourd'hui.

 

Friedrich Nietszche

Friedrich Nietzsche © Sipa

 

Apprendre a penser contre soi même, contre sa culture, son éducation, les valeurs morales dont on hérite, la conscience politique que petit à petit on acquiert ; Friedrich Nietzsche aura appris tout cela à ses disciples et à ceux qui, plus d'un siècle après sa mort, continue de le lire et de le vénérer. Même les béotiens de la philosophie connaissent les titres de ses oeuvres principales. Le Gai Savoir, écrit entre 1882 et 1887, Ainsi parla Zarathoustra en 1885 ou Ecce homoachevé en 1888 mais publié en 1908, huit ans après sa mort.

Né le 15 octobre 1844 (il y a exactement 169 ans) en Saxe-Anhalt, il meurt le 25 août 1900 à Weimar. Étrangement, sa pensée et ses travaux furent peu repris de son vivant. Ce n'est qu'au XXème siècle, que le philosophe gagna en influence. Pas toujours pour le meilleur. Et pas toujours justement. Dans les années 1930, les oeuvres de Nietzsche furent récupérées par les Nazis et les fascistes italiens. C'est à partir des années 1960 que Nietzsche devint une référence pour de nombreux intellectuels français, en réaction notamment à l'hégélianisme dominant. Des citations tels que " Celui qui sait commander trouve toujours ceux qui doivent obéir " ou "Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même " voire "À certains hommes tu ne dois pas donner la main, mais seulement la patte. Et je veux que ta patte ait aussi des griffes", furent déformées et servirent de prétexte à l'instauration de régimes autoritaires.

Ami, puis critique de Wagner

Fils d'un pasteur, Nietzsche, après ses études, est appelé à la chaire de philologie classique de l'université de Bâle. En 1870, il s'engage comme volontaire dans le conflit franco-allemand. De retour à Bâle, il entre en relation avec le milieu intellectuel de la ville. La découverte de Schopenhauer marque le jeune Nietzsche, puis il rencontre Wagner dont il est un admirateur et deviendra un intime. Il se brouillera rapidement avec ce dernier, jugeant "Parsifal" comme le sommet de la dégénérescence de l'art allemand. Il connaît l'échec de ses publications. Pendant 10 ans, il publie à un rythme très soutenu ses oeuvres majeures. Il est difficile de résumer en quelques lignes l'importance et l'originalité de son oeuvre. Pour paraphraser Luc Ferry, on peut dire de Friedrich Nietzsche qu'il prétend déconstruire "au marteau" les "idoles", c'est-à-dire les illusions de la métaphysique classique et de la religion. C'est dans cette optique qu'il annonce la "mort de Dieu". Mais il nous invite aussi à une vie intense et libre orientée vers l'amour du présent.

Au début de 1889, Nietzsche s'effondre dans une rue de Turin, puis il sombre dans la démence et passe les dix dernières années de sa vie dans un état mental quasi végétatif. Cette folie sera souvent mise en avant par ses détracteurs pour mettre en pièce son travail et prétendre qu'il n'est le fruit que d'un esprit déjà dérangé. Mais rien n'y fait. Nietzsche est le plus grand penseur du XXème siècle, il a pensé toutes les ruptures du siècle.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article